Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Le lait maternel : une importante réserve d’oméga 3

Une récente découverte d’anthropologues de l’Université de Californie Santa Barbara a démontré que le lait maternel des femmes amérindiennes était riche en oméga-3. Il en est de même pour les américaines qui choisissent l’allaitement prolongé. Cette étude a permis de reconsidérer l’importance de l’allaitement maternel dans le bon développement du cerveau de l’enfant.

En entrant dans les détails, les chercheurs ont concentré leurs études sur le lait maternel des femmes américaines et tsimanes, une population d’Amazonie. En effet, le régime alimentaire de ces dernières est beaucoup plus riche et variée car elles se nourrissent essentiellement d’aliments frais tels les poissons d’eau douce, les gibiers, et les cultures locales tandis que leurs apports journaliers sont quatre fois plus élevés que ceux des américaines des temps modernes. De plus, les américaines de nos jours consomment plus d’aliments traités très riches en acide linoléique (oméga-6) et en mauvaises graisses qui accentuent les risques d’obésité, de maladies cardiovasculaires et autres maladies liées à la hausse du cholestérol.

Étant donné que le cerveau de l’enfant se développe surtout jusqu’à 2 ans, il est donc important de lui apporter tout l’acide gras oméga-3 docosahexaénoïque (DHA) dont il a besoin. Il est donc essentiel d’encourager l’allaitement maternel et dans la foulée, apporter des modifications dans la composition en acides gras des autres poudres lactées utilisées comme substituts du lait maternel. En effet, la composition de ces derniers est actuellement basée sur le lait maternel des mères américaines alors que l’étude conseille celle des tsimanes.