Le guide de votre bien-être à domicile

Allaitement maternel

Actualités

Sida : le lait maternel contient une protéine capable de neutraliser le VIH

Selon des études effectuées par des chercheurs américains, 90% des enfants non séropositifs mais qui sont allaités par des mères séropositives ne contractent pas le VIH ceci grâce à une protéine du lait maternel qui est capable de stopper le virus. En effet cette protéine neutralise certains sites actifs du VIH pour l’empêcher d’infecter les cellules du nourrisson. Cette découverte a été publiée dans la revue Proceedings of The National Academy of Sciences.

Le lait maternel contient de nombreuses protéines qui peuvent stopper certains virus à se transmettre à l’enfant. Des enfants allaités par des mères séropositives ne contractaient pas forcément le virus ce qui a interpellé les chercheurs sur l’étude des protéines contenues dans le lait maternel. La protéine majeure responsable de cette barrière est le Tenascin-C ( ou TNC). Connu pour jouer un rôle important dans le développement f½tal et dans le processus de la réparation tissulaire, le Tenascin-C n’a pas été identifié comme un antiviral que depuis la publication de l’étude. Cette protéine fonctionne en se liant à l’enveloppe du virus sur les sites utilisés par ce dernier pour infectés les autres cellules. Grâce à la protéine, le virus ne peut plus pénétrer l’intérieur des cellules. Quand le virus est neutralisé, il transite dans le lait maternel sans pour autant infecté les autres cellules car le système immunitaire du nourrisson le combat facilement. Grâce à ses potentiels thérapeutiques, la protéine TNC pourrait être un jour utilisée pour diminuer les risques d’infection.

Allaiter : et si le geste était payant ?

‘L’allaitement n’est pas gratuit, il l’est si seulement le temps d’une femme ne vaut rien.’ C’est qu’Hanna Rosin, contributrice de Slate a affirmé dans la revue The Atlantic. Justement, des chercheurs britanniques ont fait une étude sur le prix du temps des femmes qui allaitent. Ces chercheurs ont même tenu à payer les femmes sur qui, ils ont fait l’expérience. Sur une période de 6 mois, chaque femme recevait 200 livres sterling soit environ 240 euros. Si l’expérience est concluante, ils comptent bien persuader le gouvernement à étendre le programme dans tout le pays.

L’objectif de cette expérience est d’en finir avec les préjugés de l’allaitement dans la communauté. Les femmes qui allaitent devraient percevoir de l’aide afin qu’elles soient plus motivées. L’allaitement maternel permet en effet d’immuniser l’enfant par rapport à de nombreuses infections et de maladies mais comme le geste fait polémique dans la société, peu de femmes s’y laissent séduire. Toutefois, ce n’est pas encore une priorité car beaucoup de foyers estiment que de telle aide pourrait servir à autre chose comme par exemple à payer la garde de l’enfant.

Pour une femme qui ne bénéficie pas de soutien social avec ses enfants (une mère célibataire par exemple), de telle aide serait la bienvenue car les heures de repos pour l’allaitement seront payées à 200 livres. De quoi être sereine jusqu’à 6 mois. Mais ces 200 livres pourraient servir également à aider les parents à se procurer du lait maternisé car ils n’ont pas le temps d’allaiter au travail. Payer les femmes pour qu’elles allaitent n’est pas une priorité, l’argent peut servir à autre chose. Cependant, ce n’est pas une offre humiliante mais elle doit servir à d’autres causes.

Grossesse et allaitement, des actions cumulables

Organisée le 13 octobre 2013 dans toute la France, la « Grande Tétée » a permis de mettre en valeur l’allaitement maternel, rassurer les mères, lutter contre l’isolement des femmes allaitantes et répondre aux questions de parents inexpérimentés sur ce mode d’alimentation. Ce fut l’occasion de revenir sur les impacts de l’allaitement durant la grossesse.

Allaitement et grossesse

Parce que l’allaitement est considéré comme un lien important entre la mère et l’enfant, certaines ont peur de poursuivre l’allaitement lorsqu’elles sont de nouveau enceintes. Et bien, elles n’ont rien à craindre parce qu’il est tout à fait possible de continuer à allaiter malgré la nouvelle grossesse.
Des impacts au niveau du f½tus ?
D’après les idées reçues, l’allaitement durant la grossesse augmenterait les risques de fausse-couches. Mais il n’existe à ce jour aucune preuve scientifique sur le sujet et le f½tus ne souffrira pas de carences alimentaires.

Pour l’enfant allaité

Le bébé allaité durant une grossesse ne risque rien mais il y aura une période où la lactation va se stopper pour permettre la formation de colostrum pour le deuxième bébé. Parce que le colostrum est très salé, il n’est pas apprécié des enfants et ils vont souvent se sevrer à cette période.

Des seins sensibles

Pour les femmes qui souffrent d’insensibilité des mamelons durant la grossesse, l’allaitement peut vite devenir un calvaire et il serait plus judicieux d’entamer le sevrage.

La fatigue

Parce que la grossesse est fatiguante, il vaut mieux opter pour les tétées coucher et en profiter pour se reposer.

Le co-allaitement

A la naissance du deuxième enfant, il est toujours possible de continuer à allaiter l’aîné mais le lait sera surtout adapté aux besoins du plus jeune bébé.

Insolite : des bijoux avec du lait maternel disponibles sur Internet

Il est coutume de dire que ce qu’on ne trouve pas sur Internet, on ne le trouve nulle part ailleurs. Et ce n’est rien de le dire car le produit insolite du moment est les bijoux qui renferment du lait maternel. L’initiatrice de cette collection est une mère américaine, Allicia Mogavero. Adepte de l’allaitement maternel, elle a voulu partager sa philosophie en créant des bijoux comme des pendentifs avec quelques gouttes de lait maternel pour illustrer un dessin ou une forme. Ces bijoux seront portés par des femmes qui comme elle, accorde une valeur importante à l’allaitement maternel. Le bijou exprimerait le symbole de la maternité et la fierté d’une mère.

Pour les personnes qui désirent commander un de ces modèles de bijoux, la créatrice a besoin qu’on lui envoie l’équivalent de deux cuillères à soupe de lait maternel dans un sachet hermétique fermé. Elle va ensuite concentrer le lait et le figer dans de la résine pour lui donner la forme désirée. L’opération n’est pas facile mais la créatrice passionnée aime la perfection et ne refuse aucune commande. Sur son blog, il est possible de voir plusieurs modèles de pendentifs, qu’il faut l’avouer sont particulièrement bien faits.

Le principal objectif d’Allicia est surtout de proposer aux mères un souvenir unique de cette période où le lien entre mère et enfant n’a jamais été aussi fort. Le bijou sera un symbole qui durera toute la vie et sera pour la mère un accessoire dont elle ne pourra plus se passer. Sur sa boutique en ligne Etsy, Allicia présente sa collection et prend aussi les commandes spéciales.

Maternité : les secrets de l’attachement entre la mère et l’enfant

Parue dans la revue Frontiers in Psychology, une récente recherche internationale a permis de prouver l’existence d’un lien entre l’odeur de l’enfant et le plaisir de la mère au niveau des réseaux neuronaux. Pour expliquer les bases biologiques des fonctions maternelles, les scientifiques parlent des effets des modifications hormonales de la maternité sur le circuit de la récompense de la mère. Ils prouvent également que le fait de tenir un enfant dans les bras crée un attachement entre la mère et l’enfant.

Des signaux de communication

Parmi les auteurs de l’étude, Johannes Frasnelli, chercheur postdoctoral et chargé de cours au Département de psychologie de l’Université de Montréal fait état d’importants signaux chimiques olfactifs de communication entre la mère et le bébé. Cette expérience a également permis de prouver l’existence de signaux chimio-sensoriels sur le lien mère-enfant.

Une récompense

Durant l’expérience, les chercheurs ont observé deux groupes de 15 femmes non –fumeuses composées de mamans et de jeunes femmes qui n’ont pas encore goûté à la maternité. Lors du passage au test d’imagerie cérébrale, elles ont été soumises à des odeurs de bébés étrangers et l’intensité de la réaction a été la même chez les deux groupes.

Pour ce qui est de l’activation du système dopaminergique du cerveau, les mères semblent plus réactives que les femmes qui n’ont pas d’enfant. D’après les explications des scientifiques, le cerveau possède une zone dédiée à l’apprentissage par récompense, un circuit qui intervient dans le désir des aliments et la dépendance aux substances narcotiques. En effet, ce circuit répond uniquement aux odeurs associées aux récompenses de type nourriture ou satisfaction de désir.

En conclusion, l’odeur du nouveau-né est importante dans la mise en place de liens affectifs, l’éveil des soins maternels comme l’allaitement et la protection de bébé.

Le label « Ami des bébés » dans les hôpitaux

Dans les années 90, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Unicef ont créé « Ami des bébés », un label dédié aux maternités et aux pôles mère-enfant. De nos jours, la France compte près de vingt établissements hospitaliers labélisés reconnus pour la promotion de l’allaitement maternel.

Les atouts des hôpitaux Amis des bébés en France

Dans ces établissements, les mères assistent à des formations sur les bienfaits du lait maternel pour leurs enfants. Pour les aider à surmonter l’épreuve de la première tétée, elles sont aidées par un personnel qualifié apte à les guider sur le positionnement du bébé par rapport au sein, leur expliquer les raisons de la tétée à la demande, etc. Une fois sortis du milieu hospitalier, les mères et les bébés sont guidés vers des associations de soutien à l’allaitement ou des conseillères en lactation.

Aucune obligation

Même si vous avez choisi d’accoucher dans un hôpital Ami des bébés, vous n’êtes pas obligée d’allaiter le bébé. Dans ce cas, vous aurez droit à des informations sur l’allaitement au biberon (rythmes, besoins de l’enfant, etc.) et des conseils visant à créer une proximité entre la mère et l’enfant.

Une relation « peau à peau »

Durant une heure après son arrivée au monde, un bébé en excellente santé sera mis « peau à peau » contre sa maman. D’après le docteur Marc Pilliot, cette technique aide à créer des liens uniques entre la mère et l’enfant, une façon de marquer la naissance d’une famille. Synonyme de sécurité pour le tout-petit, le « peau à peau » crée des liens psychoaffectifs entre le nouveau-né et ses parents. Pratiquée dans la chambre d’hôpital et à la maison, cette méthode aide à stabiliser la température corporelle du nourrisson, lutter contre les problèmes d’oxygénation et régulariser la glycémie.

Labellisée Ami des bébés en 2000, la maternité du CH de Lons-le-Saunier invite les parents à profiter des aides du personnel pour lutter contre la panique et avoir plus d’autonomie et de confiance en soi.

Astuces pour faciliter le sevrage maternel

Selon les conseils de l’Organisation Mondiale de la Santé, l’allaitement maternel exclusif doit durer pendant les 6 premiers mois de la vie de l’enfant. Mais après cette période, il n’existe pas d’âge ou de période parfait pour le sevrage et le passage au biberon. Pour les mamans inexpérimentées, cette étape de la vie du tout-petit peut vite devenir un cauchemar. Pour le réussir, suivez ces quelques conseils.

Durant toute la durée de l’allaitement, la mère et l’enfant créent un lien privilégié. Votre odeur, votre chaleur corporel et vos seins sont signes de sécurité et de réconfort pour un enfant qui sera marqué par le passage à un nouveau mode d’alimentation. En premier lieu, évitez de débuter le sevrage lorsque l’enfant est malade, s’il fait ses dents ou si la météo annonce des températures élevées. Pour se décider, n’attendez pas les remarques de l’entourage mais suivez vos intuitions pour entamer le sevrage à 3, 6 ou 12 mois. Il faut seulement se rappeler que les enfants prématurés ont plus besoin de l’allaitement maternel.

Des signes pour le sevrage

Un enfant prêt au sevrage montre des petits signes : mordiller le sein, se raidir, rejeter le corps en arrière et tourner la tête au moment de l’allaitement.

Un sevrage progressif

Le sevrage se fait par étapes et vous pouvez débuter par alterner petit à petit les tétées et les biberons, commencer la diversification alimentaire et demander l’aide d’une autre personne pour le nourrir à votre place. Au niveau de la mère, l’organisme mettra entre 2 à 4 jours pour s’habituer au sevrage et arrêter la production de lait. Pour prévenir la lymphangite (inflammation des canaux lactifères avec rougeur au sein et fièvre), contactez votre médecin pour obtenir un traitement contre l’engorgement.

L’allaitement maternel pour des bébés intelligents

Parue dans la revue NeuroImage, une étude des spécialistes de la Brown University des Etats-Unis a prouvé que l’allaitement maternel améliore le processus de développement du cerveau de bébé.

L’expérience

Pour confirmer leur hypothèse, les scientifiques ont étudié les cas de 133 bébés de 10 mois à 4ans. Afin de faciliter les recherches, les enfants participants ont été séparés en trois groupes : le groupe des bébés nourris au sein durant les trois derniers mois, ceux qui ont eu droit à un allaitement mixte (lait naturel et artificiel) et ceux essentiellement nourris au lait de suite. Durant leur sommeil, la croissance de la substance blanche de leur cerveau a été observée via une forme d’Imagerie à résonance magnétique ou IRM ajustée à leur âge. Dans le système nerveux, il existe une substance blanche responsable de faire le lien entre toutes les parties de la substance grise, place des neurones. En effet, plus elle est développée, plus les connexions cérébrales sont accélérées.

A l’issue de leur recherche, les scientifiques ont constaté que les enfants bénéficiant d’un allaitement maternel exclusif avaient une meilleure croissance de la substance blanche comparée à ceux nourris au sein et au biberon. Ces derniers présentent également des différences par rapport aux enfants qui ont eu droit au lait de synthèse. En tant qu’auteur principal de la recherche, Sean Deoni, professeur assistant en ingénierie à la Brown University confirme qu’il est incroyable d’observer une telle différence (entre 20 à 30%) de développement de la substance blanche chez les tout-petits. A noter que cette amélioration de la croissance de la substance blanche affecte directement les zones cérébrales du langage, de la connaissance et des émotions.

Allaitement maternel : techniques pour améliorer la montée de lait

Consultante en lactation IBCLC et animatrice de la Leche League, Carole Hervé nous livre ses secrets pour booster la lactation et rassurer les mamans qui ont opté pour l’allaitement maternel.

L’allaitement à la demande

Suivant la loi de l’offre et de la demande, la quantité du lait s’accroît au fur et à mesure que vous allaitez. Ici, il est conseillé d’oublier les heures de tétée mais de toujours donner le sein à chaque signe d’éveil du bébé. Pour les mamans qui observent un manque chez le nourrisson qui dort beaucoup, qui mouille peu sa couche et qui a du mal à prendre du poids, il est conseillé de le mettre peau à peau pour l’inciter à mieux téter. Dans les cas où les 8 à 12 tétées par 24 heures ne suffisent pas, le tire-lait électrique est une solution temporaire efficace pour stimuler la lactation. Vous pouvez également comprimer doucement le sein du buste vers le mamelon.

La position idéale

Quand le bébé suce le mamelon, cela incite l’organisme à produire les sécrétions hormonales à l’origine de la lactation. Pour encourager bébé à mieux sucer, son corps tout entier doit être tourné vers le sein, pas uniquement sa tête. Les autres problèmes d’allaitement (impatience du bébé, douleurs de la mère, crevasses) seront résolus par les spécialistes en lactation.

Une bulle de sérénité

Pour produire du lait, le corps a besoin d’ocytocine, l’hormone de l’amour et du bien-être. Il est donc conseillé aux entourages de la maman de lui faciliter la vie en valorisant l’allaitement maternel. Pour la maman, il vaut mieux vivre au rythme du bébé et lui faciliter l’accès au sein durant les premières semaines : portage et allaitement en écharpe, berceau installé à côté du lit parental, etc.

Enfin, celles qui ont vraiment du mal à booster leur lactation peuvent avoir recours à des astuces naturelles et efficaces : des plantes à effet galactagogues (fenugrec, galega officinalis, chardon marie, malt, amandes).

Les troubles du sommeil chez le tout petit

L’arrivée d’un bébé est souvent synonyme de troubles du sommeil pour les parents et pleurs incessants pour le nourrisson. Pour améliorer l’équilibre familial et la bonne santé de tous, les professionnels de la Petite Enfance multiplient les recherches sur le sujet. Récemment publiées dans le British Medical Journal, deux études ont confirmés que les réveils nocturnes garantissent la réussite de l’allaitement maternel et les dernières méthodes pratiquées pour accélérer l’arrivée de la période où bébé « fait sa nuit » sont à revoir.

Besoin de recadrage

La première expérimentation rapporte des preuves concernant la mauvaise perception des parents sur le développement normal du sommeil du bébé. Pour les spécialistes, un bébé qui a trop tôt un sommeil prolongé n’évolue pas normalement car un nourrisson a besoin des réveils nocturnes pour s’alimenter la nuit. En effet, il est tout à fait normal qu’un bébé allaité se réveille fréquemment la nuit et cette preuve suffit largement pour recadrer les idées reçues sur le sommeil des nourrissons et l’importance de l’allaitement maternel.

La santé des parents

D’autres experts ont préféré se concentrer sur l’impact négatif des premiers mois du bébé sur l’équilibre familial et la santé des parents. Ainsi, la période de transition vers la parentalité engendre des parents fatigués et une mère en manque de sommeil qui vit une période d’endurance. C’est là que les cliniciens interviennent en restant à l’écoute des besoins des parents.

Les stratégies d’adaptation

Les professionnels de santé travaillent actuellement sur l’élaboration de stratégies d’adaptation qui sauront améliorer le sommeil maternel et infantile : intervention de soutien, soins habituels ou visites post-natales, aider le nourrisson à installer une routine du sommeil, etc.

Allaitement maternel, un engagement

Suite aux différentes recommandations des spécialistes de la périnatalité et de l’Organisation Mondiale de la Santé, de plus en plus de mères optent pour l’allaitement maternel. Un choix encourageant qui promet plusieurs avantages pour la maman et le bébé mais qui nécessite toute de même le suivi de quelques règles d’hygiène.

Pour la toute première tétée, celle-ci est conseillée le plus tôt possible dans la salle de naissance. Si la montée de lait tarde, il n’y a pas de soucis à se faire et attendre de retenter l’expérience une fois dans la chambre. En ce qui concerne le nombre de tétées journalières, il n’y a pas de règle proprement dite mais il faudra suivre le rythme des demandes de bébé : entre 8 à 12 tétées par 24 heures. Le mieux est d’installer le bébé contre la maman et l’allaiter dès les premiers signes d’éveil sans attendre les pleurs.

Au fil des jours, la maman saura s’adapter à ce nouveau mode de vie mais il lui est tout de même conseillé de toujours se laver les mains avant chaque tétée et toujours nettoyer les objets en contact avec la bouche de bébé. Une précaution qui ne s’applique pas aux seins qui seront bien propres après la douche quotidienne. Cette technique permet d’éviter d’effacer les sécrétions lubrifiantes et antiseptiques de l’aréole destinées à guider le tout petit vers le sein. Enfin, il vaut mieux prévenir les crevasses des seins en effectuant des exercices qui tonifient les muscles de soutien des glandes mammaires et lutter contre la déshydratation avec quelques gouttes de lait à la fin de chaque tétée.

Enfin, une mère qui allaite doit avoir une alimentation variée et équilibrée tout en évitant les substances nocives susceptibles de passer dans le lait maternel : thé, café, cigarette, boissons alcoolisées

Turquie : ouverture prochaine d’une banque de lait maternel

Le ministère de la santé turque a annoncé durant le mois de février que l’ouverture prochaine d’une banque de lait maternel serait envisageable. Selon le ministre de la santé Mehmet Müezzinoglu, le projet sera bénéfique pour la santé des nouveaux-nés et pour prévenir les risques de décès. En effet, les bienfaits de l’allaitement maternel ne sont plus à prouver mais beaucoup de mères sont dans l’impossibilité de le faire à cause des problèmes de santé ou autres. Grâce à une banque de lait maternel, tous les bébés pourront profiter du lait maternel même s’ils ne seront pas nourris au sein.

Pour lutter contre la carence en lait maternelle

Le lait maternel est l’aliment le plus sain pour les nourrissons car en plus d’être nutritif, le lait maternel améliore aussi les défenses immunitaires du bébé pour qu’il résiste mieux aux maladies et infections. Toutefois, la carence en lait maternel est souvent constatée chez les bébés malades ou nés prématurément. Pour donner plus de chances à ces enfants, une banque de lait maternel sera en mesure de leur fournir du lait maternel à condition que la mère prouve bien son incapacité à allaiter pour des raisons médicales ou autres. Un bébé ne doit pas être nourri avec deux laits différents et le sexe des bébés de la mère donatrice et de la mère demandeuse doivent être le même. Ces exigences seront respectées par les deux mamans avant la signature de la charte de consentement.

Les identités des donatrices et des demandeuses seront enregistrées et l’identité de la nourricières figurera aussi sur les papiers d’identité du bébé afin d’éviter les problèmes dans le futur comme le problème de la religion. Pour le contrôle, un recensement des bébés allaités sera aussi convenu tous les cinq ans.

Turquie : ouverture prochaine d’une banque de lait maternel

Le ministère de la santé turque a annoncé durant le mois de février que l’ouverture prochaine d’une banque de lait maternel serait envisageable. Selon le ministre de la santé Mehmet Müezzinoglu, le projet sera bénéfique pour la santé des nouveaux-nés et pour prévenir les risques de décès. En effet, les bienfaits de l’allaitement maternel ne sont plus à prouver mais beaucoup de mères sont dans l’impossibilité de le faire à cause des problèmes de santé ou autres. Grâce à une banque de lait maternelle, tous les bébés pourront profiter du lait maternel même s’ils ne seront pas nourris au sein.

Pour lutter contre la carence en lait maternelle

Le lait maternel est l’aliment le plus sain pour les nourrissons car en plus d’être nutritif, le lait maternel améliore aussi les défenses immunitaires du bébé pour qu’il résiste mieux aux maladies et infections. Toutefois, la carence en lait maternel est souvent constatée chez les bébés malades ou nés prématurément. Pour donner plus de chances à ces enfants, une banque de lait maternel sera en mesure de leur fournir du lait maternel à condition que la mère prouve bien son incapacité à allaiter pour des raisons médicales ou autres. Un bébé ne doit pas être nourri avec deux laits différents et le sexe des bébés de la mère donatrice et de la mère demandeuse doivent être le même. Ces exigences seront respectées par les deux mamans avant la signature de la charte de consentement.

Les identités des donatrices et des demandeuses seront enregistrées et l’identité de la nourricières figurera aussi sur les papiers d’identité du bébé afin d’éviter les problèmes dans le futur comme le problème de la religion. Pour le contrôle, un recensement des bébés allaités sera aussi convenu tous les cinq ans.

L’allaitement maternel pour préserver l’environnement

Depuis plusieurs années, le Centre de Santé et de Services sociaux du Haut-Saint-Maurice (CSSSHSM) multiplie les partenariats avec les organismes travaillant pour la famille afin de promouvoir l’allaitement maternel. Durant ses campagnes de sensibilisation, le CSSSHSM mise essentiellement sur les impacts de l’allaitement aux seins sur la santé de la mère et de l’enfant ainsi que les atouts écologiques et économiques de cette pratique. En effet, l’allaitement maternel permet d’économiser de 20 à 35 dollars par semaine et la poubelle est nettement moins encombrée parce qu’il n’y a plus de déchets liés aux repas de l’enfant : boîtes de lait maternisé, tétines usagées, biberons et emballages.

L’implication des proches

Même si l’allaitement est un engagement personnel, la famille et les proches sont invités à encourager les mères et les aider à résoudre les complications. C’est ce qui a amené à la création des ateliers Cafés au lait de la Ressource Parent-Ailes qui suivent un programme précis : documentation, écoute, jumelage à des marraines d’allaitement, service 24h/24 des infirmières qui offrent aux mamans des soins, des conseils et des encouragements

Le lait maternel

100% naturel, le lait maternel est l’aliment qui convient le mieux au nouveau-né. D’après les explications de Nicole Neault, infirmière en santé parentale et infantile au CSSSHSM et consultante en allaitement, c’est un mode d’alimentation riche en anticorps indispensables pour lutter contre les maladies courantes et utiles pour la croissance et le développement psychomoteur de l’enfant au fur et à mesure qu’il grandit. Chez la mère, la réduction des risques de cancer du sein ou des ovaires ainsi que ceux de l’ostéoporose sont les avantages de l’allaitement maternel.

ALLLaiter : Une nouvelle association pour promouvoir l’allaitement maternel

A Pleurtuit, Emilie Barbet vient de fonder l’association ALLLaiter pour encourager les mères à l’allaitement maternel. Elle a insisté sur les trois ‘L’ pour exprimer son soutien à La Leche League, qui existe depuis 30 ans en France. ALLLaiter sera active dès le 1 er mars et Emilie Barbet s’engage à animer la Maison des associations tous les vendredi premier de chaque mois. Le but est de convaincre les futurs mères et les mères de la région des bienfaits de l’allaitement maternel afin qu’elles nourrissent leurs enfants au sein jusqu’à leurs sixième mois.

Il n’y a pas mieux que le lait maternel pour les nourrissons

Les organisations pour la santé aussi bien au niveau national qu’à l’international sont formelles, le lait maternel est le plus sain des aliments pour les nourrissons jusqu’à six mois où l’allaitement s’accompagne d’une diversification alimentaire spécifique. L’organisation mondiale de la santé (OMS) a soutenu l’allaitement maternel en 2010, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé en 2009 et le Programme national nutrition santé en 2005. Malgré les campagnes intensives, l’objectif n’est pas de discriminer les femmes qui ne veulent pas allaiter ou celles qui ne le peuvent pas pour éviter de transmettre certaines maladies ou parce que l’enfant est intolérant au lactose.

Avant de fonder l’association ALLLaiter, Emilie Barbet a d’abord suivi une formation de plus d’un an sur l’allaitement maternel pour devenir animatrice de La Leche League. Grâce à son expérience de jeune maman, elle souhaite appuyer activement la dixième recommandation de l’OMS en 2010 qui est d’ « encourager la constitution d’association de soutien à l’allaitement maternel et leur adresser les mères dès leur sortie de l’hôpital ou de la clinique. »

Allaitement maternel : des plantes pour accélérer la montée de lait

Après l’accouchement, il peut arriver que la montée de lait tarde alors que les nourrissons ont un énorme besoin de lait maternel durant la toute première heure de vie. Pour accélérer la lactation, voici quelques astuces naturelles à base de plantes transmises de générations en générations.

Des tisanes d’allaitement

Durant l’allaitement maternel, la lactation est plus régulière chez les mères qui boivent beaucoup d’eau et qui suivent une alimentation saine et équilibrée. Pour accélérer la montée de lait, nos grands-mères avaient aussi leurs tisanes secrètes à base de :

Graines de fenouil

Depuis l’Antiquité, les graines de fenouil ont été utilisées pour leurs vertus galactogènes et digestives. Prises en infusions journalières, elles augmentent la production de lait tout en prévenant les coliques des nourrissons. Disponibles en parapharmacie ou en boutiques bio, les graines de fenouil sont à boire régulièrement durant la journée : une cuillerée à café à infuser 10 minutes dans de l’eau bouillante et boire trois tasses par jour après les repas.

Ortie

Durant l’allaitement maternel, l’ortie agit en stimulant la montée de lait et en enrichissant le liquide. Cette plante est aussi reconnue en tant que tonifiant qui redonne de l’énergie à la mère. Pour préparer une tisane à l’ortie, il suffit de plonger quelques feuilles séchées dans un litre d’eau bouillante et boire cette préparation durant toute la journée. Cette plante accompagnera aussi les soupes, les omelettes et les quiches.

Cumin

Le cumin intervient en stimulant la sécrétion de lait et en servant d’antispasmodique. Il permet aussi d’éviter l’aérophagie et la fermentation, des caractéristiques des troubles digestifs de l’enfant (flatulences). Pour une tisane de cumin, il faut verser une cuillerée à café de graines dans une tasse d’eau bouillante et de boire la préparation après chaque repas.

Allaitement maternel : pour un développement psychomoteur parfait !

Une récente recherche de l’Institut National de la Santé et de la recherche Médicale ou Inserm révèle que les enfants nourris au sein présentent de meilleurs développements psychomoteurs comparés à ceux allaités au biberon. Une conclusion qui résulte de dix années d’expériences sur le groupe d’enfant EDEN. En 2003, une équipe de spécialistes de l’Inserm a travaillé en collaboration avec 2000 femmes enceintes pour réussir à étudier les facteurs qui entrent en jeu dans le développement des enfants. Dans cette cohorte, 70% des nourrissons ont été allaités dès la sortie de la maternité, 35% des mères ont gardé l’allaitement maternel à quatre mois. Deux ans après, les parents ont répondu à un questionnaire sur l’acquisition du langage ainsi que le test basé sur les capacités un an après (maintien d’un crayon, autonomie à s’habiller, traçage de cercle, etc.).

Une grande différence

L’expérience a démontré que les enfants allaités étaient nettement plus éveillés : 3,7 mots de plus (sur 100) à 2 ans et développement psychomoteur supérieur à 6,2 points à 3 ans. Parmi les auteurs de l’étude, Barbara Heude insiste sur les progrès des filles d’EDEN. Elle ajoute également que la lecture de petites histoires contribue à améliorer la qualité du développement psychomoteur des enfants. Autant de données considérables qui expliquent les différences de développement cognitif entre des enfants de même âge.

Enfin, les scientifiques confirment que plus l’allaitement dure, plus les enfants sont éveillés car ils bénéficient d’un excellent source d’acides gras (omégas 3 et 6) essentiels pour le développement cérébral.

Lait maternel : plus de 700 bactéries répertoriées

Parue dans l’Américan Journal of Clinical Nutrition de janvier 2013, une recherche espagnole a permis d’identifier plus de 700 bactéries présentes dans le lait maternel. Ce document sert de carte de référence du microbiote bactérien du lait humain et confirme l’importance du choix de l’allaitement maternel qui contribue au renforcement du système immunitaire contre les attaques des maladies auto-immunes et les allergies caractéristiques de l’enfance.

Une meilleure flore bactérienne

Contrairement aux préparations en poudre, le lait maternel joue un rôle important dans le développement de la flore bactérienne de l’enfant. Si ces fonctions n’ont pas encore été bien déterminées, cette étude des experts de l’Université de Valence change la donne. En effet, elle est basée sur un microbiome, une méthode de séquençage de l’ADN capable d’identifier toutes les bactéries présentes dans le lait maternel et les facteurs pré et post-naissance qui affectent la composition microbienne de ce lait. Pour plus de précision, les scientifiques ont choisi d’analyser le colostrum, le tout premier liquide qui sort des glandes mammaires après l’accouchement. Cette technique a permis d’identifier quelques 700 espèces de micro-organismes, un chiffre qui dépasse largement les précédentes estimations scientifiques. Des analyses ont aussi été effectuées sur des échantillons de lait à 6 mois et à un an d’allaitement.

Des remarques spécifiques

A l’issue de l’expérience, les chercheurs ont observé une baisse du nombre des bactéries dans le lait des mères obèses ou en surpoids. Le choix du type d’accouchement a aussi une conséquence sur ce microbiome du lait maternel qui est nettement plus riche chez les accouchements par voie vaginale que celles par césarienne programmée. Ce dernier point s’explique par l’état hormonal des mères qui sont beaucoup moins stressées lors d’une opération chirurgicale prévue.

Allaitement maternel : précisions sur le choix de l’alimentation de la maman

Pour une jeune maman, la question du choix des aliments se pose souvent et il existe même des croyances populaires qui tendent à interdire le café qui nuirait au sommeil de l’enfant ou les choux qui créeraient des coliques douloureuses.

Une alimentation variée et équilibrée

Selon les instructions de Caroline Proulx, conseillère en lactation, il faut à tout prix miser sur une alimentation saine et variée et oublier tous mythes qui interdisent tel ou tel nourriture. En effet, il existe des aliments qui changent le goût du lait est c’est intéressant car l’enfant commence déjà à s’habituer au changement de saveurs et à la découverte des aliments. Il existe seulement des cas où un nouvel ingrédient provoque des réactions chez l’enfant et il vaut mieux l’éviter. Pour ce qui est du lait cru, des fromages et sushis déconseillés à la grossesse, ils sont dorénavant admis car les maladies comme la listériose ne passent pas par le lait maternel. Du côté des fruits de mer, il vaut mieux éviter certaines espèces sujettes à la pollution : requin, marlin, thon, escolier, hoplostète orange ou espadon.

L’alcool

Il est bien connu que l’alcool et la caféine passent dans le lait. Pour les mamans qui veulent profiter des fêtes de fin d’année, il est conseillé de boire tout de suite après une tétée et attendre au moins une heure avant la prochaine (la concentration maximale d’alcool dans le lait dure 1 heure). Il existe aussi le lait tiré au préalable pour les mères qui ne veulent pas se priver. Pour les autres boissons gazeuses ou riches en caféine, il vaut mieux s’en tenir à deux verres par jour tandis que les versions énergisantes sont fortement déconseillées.

Obésité infantile : l’impact de l’alimentation du nourrisson

Parue dans la revue Diabetes de ce novembre 2012, une recherche de l’institut John Hopkins confirme que l’allaitement maternel, le sevrage et la diversification alimentaire pendant les premiers mois de la vie d’un bébé ont un lien avec le risque de surpoids de l’enfant.

Les premiers mois

D’après les résultats de l’étude réalisée sur des rongeurs, l’alimentation des premiers mois peut servir d’indicateur fiable de risque d’obésité. Des données largement plus crédibles que celles attribuées à l’alimentation in utéro. L’expérience s’est déroulée comme suit : un premier groupe de bébés rats était soumis à un régime alimentaire équilibré depuis la naissance mais les mères avaient accès à un régime à base de matières grasses durant la gestation. Le deuxième groupe suivait un régime alimentaire riche en matières grasses depuis la naissance alors que leurs mères bénéficiaient un régime équilibré durant la gestation. Puisque tous les bébés rats étaient allaités, les chercheurs ont pris en compte les effets de l’allaitement dans le calcul du dosage des matières grasses.

Une conclusion importante

A la fin de l’expérience, les scientifiques ont conclus que les rats du second groupe soumis à un régime riche en matières grasses depuis leur naissance par le lait maternel avaient un plus grand risque de développement d’une intolérance au glucose et de devenir insensible à l’hormone de régulation de l’appétit qui est la leptine. Puisque ce genre d’expérience est valable pour tous les mammifères et l’être humain, les chercheurs ont relevé que des cas d’obésité surviennent déjà dès la période de sevrage.

Enfin, il est donc indispensable de bien calculer l’alimentation de la mère allaitante durant les premiers mois du bébé pour éviter tout risque d’obésité.

Le lait maternel pour lutter contre les agents pathogènes

Dans une université de l'Etat de l'Illinois aux USA, des scientifiques ont réussi la synthèse d’un sucre du lait maternel qui entre en jeu dans la protection des bébés contre les agents pathogènes. Appelé 2FL, cet oligosaccharide du lait humain ou HMO ne fait pas encore partie des ingrédients des préparations pour nourrissons car sa production est très coûteuse. Cette nouvelle méthode de synthétisation ouvre la voie à la création de nouvelles recettes de laits en poudres pour biberons et d’autres formules pharmaceutiques.

Une immunité renforcée

D’après Michael Miller, professeur de microbiologie alimentaire à l’Université de l’Illinois, les oligosaccharides sont indispensables dans le processus de développement et de renforcement de la flore intestinale du bébé et de son système immunitaire. Ici, le 2FL (2-fucosyllactose) constitue le HMO le plus abondant dans le lait maternel.

Puisqu’un mg de 2FL vaut 100 $, les études sur le sujet coutent très cher. C’est ce qui a amené le professeur Yong-Su Jin de la même université à effectuer une synthèse de cet oligosaccharide du lait maternel à partir d’une souche de E.coli modifiée. Cette méthode permet de créer rapidement un HMO plus accessible au niveau du prix. Sur le point de vue scientifique, il s’agit de mettre en place un mutant de E. coli capable d’assimiler le lactose et créer une importante source de 2FL.

Les modifications en nutrition infantile

Avec ce nouveau E.coli mutant, les spécialistes de l’Université de l’Illinois misent sur son impact dans le domaine de la nutrition infantile et travaillent sur le calcul de dosage et l’administration des 2FL dans les biberons. Cette technique sera aussi appliquée sur les centaines d’autres HMO présents dans le lait maternel.

Insolite : une nouvelle poupée à allaiter, sujette à polémique

Noël approche à grands pas et les marques de jouet en profitent pour procéder au lancement de leurs nouveaux produits. C’est le cas de la marque espagnole Berjuan Toys qui a mis en vente en Amérique son poupon à allaiter. Il s’agit d’une poupée capable de simuler la succion au contact de la poitrine de l’enfant. Elle est livrée avec une brassière dotée de deux pâquerettes symbolisant les seins et qui sont équipées de capteurs qui enclenchent le mouvement des lèvres de la poupée.

Des réactions à polémique

Pour les journalistes et animateurs américains comme Bill O'Reilly, il s’agit d’un jouet qui porte atteinte à l’enfance des petites filles et « Nous n'avons pas besoin de ça. ». En réaction, Dennis Lewis, représentant aux Etats-Unis de Berjuan Toys revient sur les 40 ans d’expérience de la marque dans la fabrication de poupées qui font pipi, qui marchent ou qui parlent et affirme le soutien d’innombrables organismes de défense de l’allaitement, de mères et d’éducateurs. Selon lui, les critiques viennent surtout des gens qui n’ont pas encore réfléchi à l’utilisation même de la poupée, de ceux qui sont contre l’allaitement maternel et de ceux qui voient à travers le geste un caractère sexuel. Vendues à 89 dollars (environs 70 euros), ces poupées pleurent et font un rot sans devoir être au contact des faux mamelons.

La réaction des revendeurs

Très sensibles à la polémique, les revendeurs américains n’osent pas mettre dans leurs rayons ce nouveau jouet. Pour Dennis Lewis, la vente n’a pas dépassé les 5.000 exemplaires, un fait expliqué par la phobie de l’allaitement, les préjugés et les tabous largement présents dans le pays.

Allaitement maternel : une semaine mondiale pour « Comprendre le passé, planifier l’avenir »

Pour mieux sensibiliser les mères sur les bénéfices de l’allaitement maternel, la Semaine mondiale de l'allaitement maternel ou SMAM est célébrée chaque année du 1er au 7 octobre. Pour cette 20e édition, les organisateurs de la SMAM ont choisi le thème « Comprendre le passé, planifier l’avenir ». Dans les régions françaises, de nombreuses manifestations sont prévues pour marquer ces sept jours de festivité. C’est le cas de Nourri-Source Lanaudière, un organisme d’entraide à l’allaitement maternel et ses secteurs qui dispose de toute une programmation spécialement conçue pour cette édition de 2012.

Un défi d’allaitement mondial

Pour mieux inciter les mères à donner le sein à leurs enfants, un défi d’allaitement permettra à toutes les mamans de la terre de réaliser un record du monde sur le plus grand nombre de mamans et de bébés, allaités en même temps, à 11 heures précises.

A cause de la semaine de l’action de grâce, le défi d’allaitement de Nourri-Source Lanaudière s’est tenu le 29 septembre à partir de 9 h 30 à l'école secondaire du Coteau, sise au 2121, rue de l'Alizé à Mascouche. L’événement a été marqué par la mise en place d’un mini salon maternité, le tirage de prix de présence et la remise d’un sac-cadeau à 75 premières mamans inscrites.

Puisque nous sommes encore en pleine célébration de la Semaine mondiale de l'allaitement maternel, les responsables de Nourri-Source Lamater invite toutes les mamans à les contacter au 450 471-2881, poste 4992, à lamater@nourri-source.org ou à facebook.com/NSLamater pour d’éventuelles informations sur les activités programmées et les doutes sur l’allaitement maternel.

Allaitement maternel : une meilleure protection des bébés atteints du VIH

Une récente étude internationale a permis de prouver que certains sucres présents dans le lait des mères séropositives sont bénéfiques pour les nouveaux nés.

Rédigée par des chercheurs américains et africains, cette étude s’est penchée sur les bienfaits du lait maternel des mères infectées par le VIH. En effet, si le risque de transmission du virus entre la mère et l’enfant est estimé entre 15 à 20%, les spécialistes ont misé sur un type particulier de sucres contenus dans le lait maternel qui sont capables d’augmenter le taux de résistance des nourrissons face au virus.

En tant que directeur de l’étude, le docteur Lars Bode, spécialiste en nutrition pédiatrique à l'université de Californie à San Diego, a étudié l’effet protecteur des oligosaccharides du lait humain, de longues molécules de sucres qui constituent le troisième constituant solide du lait après le lactose et les graisses. Ils ont un effet incontestable dans le renfort du système immunitaire des nourrissons.
L’expérience s’est déroulée à Lusaka, en Zambie et elle a permis de suivre les cas de 200 mères séropositives et leurs enfants à partir de la naissance jusqu’à 2 ans.

En procédant à l’analyse de la composition du lait, les chercheurs ont réalisé qu’une grande présence d’oligosaccharides augmente le taux de protection contre le virus. Selon le docteur Bode, ces sucres lactés ne sont pas digérés par les nourrissons et arrivés au niveau de l’intestin, ils font office de leurre anti-infection puisque le VIH passe surtout par les voies intestinales. A part cela, les oligosaccharides sont également de véritables prébiotiques qui stimulent les bonnes bactéries de la flore intestinale, contribuent à la maturation de l’intestin des nourrissons et font office d’anti-inflammatoire.

Le lait maternel : une importante réserve d’oméga 3

Une récente découverte d’anthropologues de l’Université de Californie Santa Barbara a démontré que le lait maternel des femmes amérindiennes était riche en oméga-3. Il en est de même pour les américaines qui choisissent l’allaitement prolongé. Cette étude a permis de reconsidérer l’importance de l’allaitement maternel dans le bon développement du cerveau de l’enfant.

En entrant dans les détails, les chercheurs ont concentré leurs études sur le lait maternel des femmes américaines et tsimanes, une population d’Amazonie. En effet, le régime alimentaire de ces dernières est beaucoup plus riche et variée car elles se nourrissent essentiellement d’aliments frais tels les poissons d’eau douce, les gibiers, et les cultures locales tandis que leurs apports journaliers sont quatre fois plus élevés que ceux des américaines des temps modernes. De plus, les américaines de nos jours consomment plus d’aliments traités très riches en acide linoléique (oméga-6) et en mauvaises graisses qui accentuent les risques d’obésité, de maladies cardiovasculaires et autres maladies liées à la hausse du cholestérol.

Étant donné que le cerveau de l’enfant se développe surtout jusqu’à 2 ans, il est donc important de lui apporter tout l’acide gras oméga-3 docosahexaénoïque (DHA) dont il a besoin. Il est donc essentiel d’encourager l’allaitement maternel et dans la foulée, apporter des modifications dans la composition en acides gras des autres poudres lactées utilisées comme substituts du lait maternel. En effet, la composition de ces derniers est actuellement basée sur le lait maternel des mères américaines alors que l’étude conseille celle des tsimanes.

La 4ème Journée française de l’allaitement programmée le 30 mars 2012 !

Bonne nouvelle pour les militant(e)s pro-allaitement maternel : la 4ème journée française de l’allaitement (JNA) se tiendra aujourd’hui 30 mars 2012. Financée par le Ministère de la Santé, cette journée est le fruit de la collaboration entre la Coordination Française pour l’Allaitement Maternel (CoFAM) et les spécialistes allaitement des maternités françaises.

Pourquoi une journée de l’allaitement ? La promotion de l’allaitement maternel est une stratégie essentielle du Programme National Nutrition Santé (PNNS). En effet, de plus en plus d’études et recherches tendent à conclure que le lait maternel apporte plus de bienfaits que le lait en poudre. Mais l’allaitement n’est toutefois choisi que par une femme sur 2 en France, des efforts restent donc à faire dans ce domaine.

Depuis 2001, notons que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux mères d’allaiter le nourrisson exclusivement au sein pendant les 6 premiers mois de sa vie.

Au programme de cette journée du 30 mars 2012 : la sensibilisation des mères de famille à augmenter le taux et la durée de l’allaitement, sachant qu’en 2010, seuls 15% des nourrissons étaient toujours allaités à l’âge de 6 semaines.

Toutefois, l’arrêt de l’allaitement est involontaire dans 20% des cas, il survient lors de la reprise du travail et/ou lié à une médication de la mère, rendant le geste délicat voire déconseillé.

Par ailleurs, cette journée sera l’occasion pour les professionnels de santé d’informer les mères sur les réelles contre-indications de l’allaitement et les inciter à privilégier le plus possible ce mode d’alimentation au cours des 6 premier mois.

Une mère de famille interdite d’allaitement dans un parc d’attraction en Floride

L’allaitement maternel est un acte des plus naturels. Même s’il connaît de plus en plus de succès ces dernières années et que ses bienfaits ne sont plus à démontrer, l’allaitement en public continue de choquer. C’est le cas de Kelly Sabourin, une jeune mère de famille américaine, qui s’est vue interdite d’allaiter son bébé en public pendant sa journée au parc Legoland de Winter Haven en Floride, aux États-Unis.

La réaction des employés du parc ne s’est pas faite attendre lorsque Kelly Sabourin a allaité sa fille de 2 ans tout en surveillant son aîné dans une des attractions du parc. Un des employés lui demande alors d’aller allaiter ailleurs. Surprise, la jeune maman demande des précisions, une demande à la laquelle on lui répond sèchement : « Ouais, j’aimerais que vous bougiez ».

Pour la direction du parc d’attraction, il s’agit surtout d’un malentendu, le parc Legoland offre une salle privatisée dédiée à l’allaitement, mais les mères ont bien entendu le droit d’allaiter où elles le souhaitent, selon la porte-parole du parc, Jacquelyn Wallace : « Nous faisons la promotion de notre espace d’allaitement auprès de nos employés. Mais nous avons omis de leur rappeler que notre politique est d’autoriser les mères à nourrir leur enfant où et quand elles le désirent ».